vendredi 27 janvier 2017

Saison escargots 2017- déjà des résultats intéressants

Comme je l'ai dit dans l'article précédent, la saison d'élevage d'escargots 2017 a démarré le 22 décembre 2016. Les installations de l'écloserie ont, au vu de l'expérience 2016, été réaménagées.

Un élevage des reproducteurs mieux contrôlé 
Photo 1 : boites de reproduction
En 2016, l'élevage des reproducteur et la phase de reproduction se sont déroulées dans des "hamacs" d'assez grande taille. Compte tenu de la rusticité du local et du chauffage, il a été assez difficile de maintenir des conditions d'ambiance, notamment d'humidité, parfaitement adaptées. Cette saison, les reproducteurs ont donc été placés dans des caisses fabriquées en polystyrène extrudé (photo 1)  posées sur des tapis humidifiés en permanence. L'hygrométrie est maintenue entre 80% le jour et 90% la nuit (grâce de la baisse de température). Il est également possible d'élever 3 lots différents (un est réparti en 2 boites). Au vu des premiers résultats (voir plus loin) le confort des escargots semble bien meilleur. Seule contrainte, le nettoyage, car les excréments restent sur le tapis au lieu de tomber par terre à travers le grillage du fond des hamacs.


Une nurserie refondue 
Photo 2 : les nouvelles installations de la nurserie
En 2016, les boites d'élevage des juvéniles étaient posées sur des étagères en plastique d'une dimension quasi identique aux boites. Leur manipulation s'est révélée assez délicate. En effet les jeunes escargots restent actifs le jour, et ils avaient une fâcheuse tendance a prendre la poudre d'escampette que la manipulation des boites dans un espace contraint ne permettait pas de bien contrôler, d'où des fuites et des escargots écrasés. Cette année, les étagères sont mieux dimensionnées et la manipulation des boites sera plus aisé (au fond de la photo 2).






Des conditions d'incubation des œufs revues
En 2016, deux techniques d'incubation ont été testées :
- une méthode naturelle, dans les pots de ponte jusqu'à l'éclosion
- en boites de pétri après prélèvement des œufs dans les pots de ponte.
Cette saison, seule la première méthode sera maintenue. En effet, la 2ème s'est révélée contraignante au niveau du prélèvement et du nettoyage des œufs, et le démarrage des jeunes a semblé plus délicat. Les jeunes issus d’œufs incubés en pot de ponte pesaient quasiment 1/3 de plus que ceux issus des boîtes de Pétri car ils commencent à s'alimenter avant d'émerger (débris végétaux du terreau vraisemblablement). Par contre cette méthode exige plus de place, d'où l'aménagement spécifique réalisé dans la partie nursery (à gauche sur la photo 2).


Des premiers résultats particulièrement encourageants
Photo 3 : pots de ponte dans une boite de reproduction
Les accouplements ont démarré le 5 janvier (le 9/01 en 2016) et se sont poursuivis à un rythme beaucoup plus élevé qu'en 2016. Le 23/01, jour de la pose des pots de pontes, le nombre d'accouplements était de 48, soit très exactement le double que le même jour en 2016.
Mais c'est au niveau de la ponte que les résultats sont les plus spectaculaires. Les premiers pots de ponte ont été posés le 23/01 (14/01 en 2016), sur la base de 4 par boite (photo 3). 

Dès le lendemain, 25 pontes étaient en cours dans 12 pots alors qu'en 2016, une seule ponte était intervenue à la même date. Et les pontes se poursuivent à un rythme soutenu : 9 le 25, 13 le 26, 9 le 27 (soit 55 pontes pour une seule en 2016 à la même date). Avantage de ce rythme de ponte : les lots de jeunes seront plus homogènes et donc plus facile à conduire.





Photo 4: bac d'isolement des pots de ponte
Les premiers pots de pontes ont dû être isolés ( photo 4) tant la densité des escargots en ponte dans chacun était élevée (jusqu'à 5 dans un seul pot). En effet, quand il y a trop d'escargots dans un pot de ponte, ils ont tendance à remuer les œufs du voisin, voire à les remonter à la surface en creusant leur trou de ponte.


Autre résultat intéressant, mais difficile a interpréter : 4 escargots se sont accouplés (2 par 2 ...) dans le bac d'isolement des pots aussitôt après la ponte (un accouplement se voit en bas de la photo 4). Et je garantis que je ne mets pas de viagra dans leur alimentation!



L'élevage 2017 se présente donc plutôt bien. Reste à voir quelle sera la qualité des pontes, la majorité des premières étant issues d'escargots  de l'élevage 2016. Des "grossesses nerveuses" sont soupçonnées, car certains escargots ont terminé leur ponte sans reboucher leur trou de ponte (ce qu'ils font habituellement avec un excrément) et il semble ne rien y avoir au fond du trou. Il est possible également que ces escargots aient été dérangés par d'autre et n'aient pas pondu ou ont interrompu leur ponte.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire